Journée d'Étude CEISME – Sorbonne Nouvelle – Paris 3

IHM et ICM dans les métavers

Depuis 1973, avec Le Monde sur le Fil de Rainer Werner Fassbinder, le cinéma traite régulièrement des métavers, et aborde par conséquent le moyen avec lequel l’homme se connecte à ces mondes virtuels, soit avec des interfaces homme-machine, soit avec des interfaces cerveau-machine. La question est autant de savoir comment on accède à ces mondes, que de réussir à en sortir, car on peut y être piégé. Cette connexion qui permet l’immersion dans les métavers varie grandement : cela peut se faire simplement au moyen d’un casque ou de lunettes, ou, au contraire, de manière intrusive, avec une connexion neuronale dans la nuque ou dans la base du dos. Certains films proposent une connexion après numérisation par un laser et avec, dans ce cas, disparition du corps physique dans la réalité, le temps de l’immersion dans le virtuel. Mais la fréquentation des métavers peut se faire tout simplement par l’intermédiaire d’un écran, ce qui n’empêche pas le virtuel de l’emporter alors sur le réel, jusqu’à la mort physique. Par ailleurs, les IHM et ICM peuvent permettre un échange de personnalité entre un être réel et un personnage de métavers.

François-Gabriel Roussel

Publicités